Autant les versions coréennes sont sobres, encore plus sobres que les originales (et là, je suis un peu jaloux, j'aurais aimé le faire, mais comme ce sont des livres pour les enfants, l'éditeur souhaitait une typo ronde, plus enfantine), autant les japonais se sont lâchés. Ils ont changé l'image de couv, instauré des niveaux de difficultés et ajouté pleins de notions que je suis incapable de comprendre mais qu'on imagine assez facilement.

Pareil pour l'intérieur : sobre pour la version coréenne, y compris pour les légendes des solutions (un seul mot – si c'est bien un mot – en tout cas visuellement, c'est minimaliste) et chargé pour la version japonaise. Dès l'intro et jusque dans les solutions ou ils doivent faire de la pédagogie vu les textes attribués à chaque œuvre.